Select Page

Les voeux de Noël de Mgr André Gazaille

Accueil » La vie dans notre église » Voeux de Noël

«Me connais-tu?»

Dans la plupart des églises catholiques du Québec et de notre diocèse, le temps de Noël sera associé à ce thème qui pose une question importante: «Me connais-tu?» Ça me porte à réfléchir à nos relations avec les autres et, comme chrétien, à ma relation avec Dieu.

Parfois, on a l’impression de connaître quelqu’un, mais notre connaissance se limite à des généralités, à des apparences ou même à des rumeurs, favorables ou non. À l’inverse, il nous arrive de constater à quel point les personnes que l’on fréquente nous connaissent mal. Quelle misère d’avoir à offrir quelque chose, dans un échange de cadeaux de Noël, à une personne qu’on ne connaît pas! Mais si on s’en donne la peine, il y a vraiment des trésors à découvrir dans ce qui habite profondément les personnes qui nous entourent.

La fête de Noël, c’est une invitation à nous rapprocher les uns des autres, à prendre le temps de nous apprivoiser, de créer des liens sincères dans l’ouverture à l’autre. C’est ce que Dieu lui-même nous donne comme exemple lorsqu’il vient habiter parmi nous. Noël, c’est Dieu qui marche avec nous et qui, par amour, a voulu rejoindre notre condition humaine. Noël, c’est aussi Dieu qui a voulu nous rendre capables de marcher avec lui et d’aimer comme lui.Dans Le Petit Prince de St-Exupéry, c’est le renard qui explique au Petit Prince ce que signifie apprivoiser, créer des liens: «Si tu m’apprivoises, nous aurons besoin l’un de l’autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde…» C’est le début d’une grande amitié.

Fêter Noël, pour les chrétiennes et les chrétiens, c’est fêter l’amour fou de Dieu pour l’humanité. C’est aussi reconnaître et célébrer le meilleur de ce qu’il a mis au cœur de l’être humain: le don de soi, le service des autres, la bonté, le partage, l’entraide, la collaboration, le pardon, la réconciliation et une attention particulière pour les plus pauvres, les malades, les plus souffrants de notre société. Quand on apprend à se connaître à travers de tels gestes, on risque fort d’avoir envie d’imiter ce que l’autre a de plus beau en lui ou en elle.

Fêter Noël, pour moi, c’est choisir de marcher avec Celui qui a lui-même choisi de marcher avec nous, de se laisser connaître pour notre bonheur et notre croissance. Et quand on s’en donne la peine et qu’on y met le temps, cela aussi peut faire naître une grande amitié.

Je vous souhaite à toutes et à tous de belles rencontres et de la joie dans la découverte des trésors qui se révèlent dans le cœur des autres.

Joyeux Noël! Bonne et heureuse année 2019!

† André Gazaille

Mgr André Gazaille, évêque de Nicolet

Share This